Marylou Sidibe, une marraine qui déchire!

Vous l’avez connue grâce à l’émission Koh-Lanta, notre marraine Marylou Sidibé a répondu à nos questions. Elle nous dit tout sur son expérience d’aventurière, et sur son métier de personal trainer.

Marylou Sidibe, 27 ans,
J’ai grandi dans un centre sportif professionnel (Creps, Insep…) dans lequel j’étais sportive haut-niveau, j’y suis entrée à mes 14 ans. En arrêtant ma carrière de sportif pro des années plus tard j’ai eu envie de changer d’air et j’ai un peu touché à tout, je suis rentrée en agence de mannequin, j’ai été hôtesse de l’air. Je suis ensuite revenue à la base avec un BPJEPS AGFF « musculation et cours collectif » pour être coach sportif, car c’est ce que je sais faire de mieux, et le sport est ma vie tout simplement.

marylou

1/ Avant ta participation à Koh Lanta tu étais déjà une sportive aguerrie, une championne de Taekwondo.
Qu’est ce qui si jeune te pousse vers les arts martiaux ?

Oui j’ai toujours fait du sport, mes parents m’ont toujours énormément poussé à en faire, athlétisme, boxe, gymnastique, taekwondo, j’ai tout fait. Lol.
J’ai mis mes premiers gants de boxe à 4 ans, mon père était champion de France et entraineur de boxe. Pendant ces cours je m’amusais et m’entrainais avec les adultes. Pendant les évènements sportifs, je faisais également des démonstrations techniques, et des mini combats sur Ring. Mon oncle, lui, a un club de taekwondo et est entraineur également. A mes 12 ans, ma mère et mon oncle me dise d’aller m’entrainer au club avec mes frères, j’y fais tout les entrainements de la semaine après les cours, puis 2 ans après je pars au centre et je rentre en équipe de France de taekwondo, tout a commencé comme ça.

2/ Qu’est ce qui t’attirais dans le sport de combat?

Ma famille trempe dans le combat, on est une famille de garçons, mon père, mon oncle, mes frères, on a tous grandi dans le combat. Petite, ma série préférée était « Xena la guerrière », c’était mon idole, je reproduisais tout ses mouvements de combat à la maison, et mon père me faisait également taper. On m’a toujours poussé à être forte. J’aime tout dans le combat, l’adversité, le danger, la technique, les schémas technico-tactique qu’il faut mettre en place, l’ego qu’il faut avoir, c’est un jeu d’échec dangereux, et il en restera qu’un. Je suis née dedans, c’était comme ça.

Ton expérience Koh Lanta

3/ Koh Lanta était un rêve de petite fille, tu l’as réalisé. Quel est le souvenir le plus marquant de cette expérience ?

Oui, je me projetais devant Koh Lanta seulement pour le coté challenge, dépassement de soi, et sportif pour les épreuves individuelles, surtout le parcours du combattant.
Plus grande, je m’y suis inscrite sur un coup de tête, à l’instinct. Je voulais faire ce parcours du combattant et le gagner.
J’ai énormément de souvenirs, mais je dirai qu’un des souvenirs marquants de cette aventure est d’avoir fait le parcours du combattant en indiv, et d’avoir gagné cette épreuve face à tout les hommes. J’ai réussi ce pour quoi je suis venue.

4/ Le mental est certainement la chose la plus importante pour survivre à cette aventure, tu l’as travaillé comment ?

Je n’ai pas travaillé le mental pour cette aventure. Déjà si tu veux aller au bout il faut que un des côtés de cette aventure te passionne, sinon chaque jour tu abandonnes. Ensuite, j’ai grandi en centre pour sportif haut-niveau pendant des années, j’y faisais tous les jours du combat, et croyez-moi c’était plus dur que Koh-Lanta.
A côté de ça ce que je peux vous dire pour votre challenge sportif, c’est que quand vous pensez ne plus pouvoir, ne plus avoir la force : arrêter de réfléchir, arrêter d’écouter votre corps, et continuer. Tant que vous n’êtes pas tombé, c’est que vous pouvez encore.

5/ S’il y a un éventuel retour des héros de Koh Lanta on t’y verra peut-être?
Pourquoi pas, honnêtement je ne sais pas si j’en ai envie ou pas.

Ta motivation

6/ Dans la vie d’une sportive il y a des moments de faiblesse, de doutes.
Après ta blessure comment as-tu retrouvé la motivation ? As-tu été entourée?

Non durant ma blessure je n’ai pas été entourée, bien au contraire, et c’est à ce moment-là qu’on se rend compte que l’on est seule dans ce milieu. La seule solution est de se mettre en mode « pilote automatique ».
Ne pas réfléchir, se couper de ses pensées et émotions, et agir. Chaque sportif de haut niveau à la capacité de se mettre dans sa bulle et de se couper de ses émotions avant les échéances et en période difficile. On ne subit pas nos émotions, elles n’ont pas d’influence sur nous : On doit aller à l’entrainement et être à 200% on y va, on doit aller en soin, on y va. On est comme programmé.
C’est comme ça qu’on avance lorsqu’on est dans une mauvaise passe sportive, par la suite c’est également un héritage pour la réussite de nos vies.
Regardez les reportages sur les sportifs de haut-niveau et vous le remarquerez. Inspirez-vous en dans vos challenges, sportifs ou professionnels, et dans vos entrainements peu importe vos objectifs.

Ton métier de personal trainer

7/ Pourquoi as-tu décidé de t’orienter vers le métier de coach ?

J’ai décidé de m’orienter vers le métier de personal trainer, car le sport est ce que je sais faire de mieux, tout simplement. J’aime beaucoup aider les autres également, améliorer la vie des gens et les rendre heureux, donc pourquoi pas allier les deux, et essayer d’apporter mes connaissances et ma toucher personnel à chacun. Au final, le coaching individuel est devenue une passion, ça me touche énormément de voir mes clients être fiers d’eux après une séance difficile, les voir progresser, et les voir surpris de leurs résultats quelques temps après.

8/ Tu donnais des cours collectifs mais tu as une préférence pour le coaching privé. Pourquoi ?

Oui je donnais des cours collectifs mais je préfère largement le coaching privée.Vous êtes bien renseigné 🙂
Dans les cours collectifs en salle, il peut y avoir 40 clients devant vous, il est facile de créer un lien avec le groupe en 1h00, mais difficile de créer un lien avec chacune des 40 personnes.
Ce que j’aime c’est le suivi, avoir un contact avec mes clients, améliorer leurs techniques, prendre le temps de les corriger, et surtout voir l’évolution.
On peut voir ça en cours collectif avec les clients fidèles, ceux qui revienne pour le coach chaque semaine, mais je préfère être seule avec mon client pendant une heure. Je remarque rapidement la façon d’être, de parler, de bouger, et le tempérament du client. Ils sont tous très différents. A partir de là j’identifie les besoins, et j’apporte une séance en conséquence, et surtout un comportement en conséquence. C’est un challenge pour moi, et vous savez que j’adore ça 😉

9/ As-tu d’autres projets professionnels?

Oui, j’ai tellement d’idées professionnellement, mais j’essaie de tout structurer et de me pas me précipiter.
Toutes mes idées et mes projets rejoignent le même but, devenir incontournable dans le coaching sportif français.

10/ Si tu devais coacher une célébrité (féminine) ce serait ? Et pourquoi ?

J’aime beaucoup le tempérament audacieux de Rihanna, elle est caractérielle, et je ne la trouve pas très musclée donc pourquoi pas m’en charger, mdr.

11/ Tu ne serais pas arrivée là si…

Je n’en serai pas arrivée là si ma famille ne m’avait pas poussée et soutenue dans le sport depuis petite. Je n’en serai pas là si je n’avais pas vécu ce que j’ai vécu dans ce centre pro… et je n’en serai pas arrivée là si dans ma vie je n’agissais pas à l’instinct.

12/ Pourquoi avoir accepté de devenir notre marraine?

Ah ! Alors déjà, en dehors du milieu haut-niveau j’ai rarement rencontré des femmes sportives, aimant le challenge sportif, et le dépassement de soi.
C’est une chose de dire qu’on aime le sport (dans le but d’avoir de jolies fesses..), s’en est une autre de se donner un gros challenge comme le vôtre, et accepter de subir la souffrance sportive que vous allez subir si vous vous donnez à fond (hé oui!) Vous allez vivre quelque chose d’assez exceptionnel sportivement parlant à l’étranger et en duo, le « Raid des amazones » ! Donc si je peux contribuer à rendre votre aventure plus facile par le conseil, la préparation, et vous aider à créer les meilleurs souvenirs possibles de cette période, c’est avec grand plaisir.

On tient à la remercier chaleureusement pour avoir pris le temps de répondre à nos questions. Et devinez quoi? Marylou sera notre COACH personnelle pour cette année 2017.

Objectif #RaidAmazones2017

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *